real
time web analytics

Ma belle-mère et Moi, 9 mois après

Par | 2017-11-19T19:24:39+00:00 19 novembre 2017|Catégories : Nous avons vu|Mots-clés : |

Notre avis :

Nous sommes allés voir pour vous Ma belle-mère et Moi, 9 mois après au théâtre de la Tour Eiffel. Cette pièce en tournée en province est revenue pour 2 représentations exceptionnelles à Paris. Ce soir la pièce est captée en direct pour la télévision (Comédie +)

Nous vous livrons le verdict avant la critique : Nous avons adoré et énormément ri !

C’est du théâtre de boulevard, au rythme effréné et à la mise en scène impeccable. La pièce est rodée, maîtrisée. Le décor est soigné. Tout a été réfléchi, jusqu’aux accessoires qui prennent un effet comique (l’aspirateur toutou et le sac à main glouglou notamment).
Cette comédie est soupoudrée de clins d’œil à des grands classiques comiques : le duo De Funes/Blier dans « Jo », Serrault en Zaza Napoli jouant les hommes virils dans « La cage aux folles II » ou le grand Villeret dans le « Diner de Con » (d’ailleurs évoqué dans la pièce).

Du côté des comédiens :

Nicolas Vitiello, dans son rôle d’homme de ménage totalement « folle », homosexuel jusqu’au bout du plumeau, est impressionnant. Certes nous sommes dans la caricature gay mais c’est la définition même du vaudeville où les traits sont exacerbés et poussés aux limites du ridicule. C’est ce qui nous fait rire surtout quand c’est écrit et interprété avec talent.

Ma belle-mère et moi – 9 mois après
Genre : Comédie de Boulevard
De : Bruno Druart, Franck Leboeuf, Nicolas Vitiello
Avec : Franck Leboeuf, Nicolas Vitiello, Véronique Demonge, Christine Lemier
Lieu : Théâtre de la Tour Eiffel – Paris
Ludwig

Nicolas que l’on retrouve aussi bien au théâtre qu’à la télévision est un performer, un vrai bosseur qui jongle entre écriture, mise en scène et interprétation. Certes souvent abonné aux rôles gays, Il nous a récemment étonné en Abbé Pierre dans son seul en scène « La voix des sans voix ».
Franck Leboeuf qui arbore une plastique irréprochable sous son peignoir — que certain(e)s auraient aimé voir tomber — est excellent dans son rôle du vieux beau mais gentil présentateur télé. Sa reconversion en tant qu’acteur n’est plus à faire. Franck est un comédien hors pair.
Véronique Demonge —la belle-mère déjantée, alcoolique, obsédée sexuelle, avide de jeunes hommes, dépravée option enceinte jusqu’aux dents — est à mourir de rire. Son rôle de salope imbibée lui colle à la peau « de vache » comme un gant ! Elle incarne avec brio (avec qui ?) la belle-mère que personne n’a envie d’avoir (sauf morte et empaillée. Et encore…)
Christine Lemler qui joue l’épouse enceinte (une de plus) semble être la seule personne à peu près normale du quatuor. Son personne plus sage et moins haut en couleur n’en retire pas la qualité d’interprétation et les talents d’actrice de Christine.

Longue vie à cette pièce dans sa tournée.

Bref une pièce hilarante, une pièce différente !